Google+
La fille au miroir

Description du projet

Je vous avait promis du nouveau, vous avez probablement vu passer des indices sur facebook, voici le résultat.
Ca fait quelques mois que j’envisages d’investir plus dans mes shootings, financièrement s’entends, pour pouvoir sortir de mon salon. Concrètement ça veut dire sauter le pas de payer une chambre d’hôtel et une maquilleuse, de prendre le temps de prévoir une note d’intention, briefer tout le monde, et une fois sur place supporter de lâcher prise.

C’est un travail à la fois sur la confiance en soi (ce que je fais est assez bien pour déplacer des gens et j’ai le droit de vouloir réaliser mes projets) et d’humilité (je ne peux pas penser à tout ni tout faire toute seule sans m’épuiser avant même de déclencher). C’est long, c’est compliqué, mais je le fais. Je fais taire le voix intérieurs qui me disent que je ne mérite pas tout ça. Je fais la direction artistique de mes shootings, j’engueule les gens qui ne font pas ce que je veux si nécessaire. Et avoir une team me permet d’écouter leurs suggestions, de confronter les avis, de m’enrichir au contact des autres et de faire du meilleur boulot.

Bref, je voudrais remercie Camille et Marie

Camille André a réussi ce sublime makeup et les boucles qui vont avec. Marie Bordel a pris les photos. Je pensais faire un autoportrait mais quand je me suis rendu compte à quel point le temps pressait j’ai décidé de me reposer sur elle et elle a fait nettement mieux que ce que j’espérais.

En plus de ça on a passé un excellent moment, j’espère pouvoir recommencer bientôt.

Pour vous aider à visualiser un peu la facture, il y a eu

  • 121€ d’hotel
  • 50€ pour le makeup
  • 45€ pour faire manger tout le monde

Deux généreux followers ont offert déjà respectivement 50 et 20€ pour m’aider à financer le projet, qui a fourni trois séries d’images. Si j’arrive à sortir environ 50€ par set posté sur Patreon ou Zivity, cette session sera auto-financé, à défaut d’être rentable. J’ai déjà planifié les séances d’octobre et de novembre, on peut dire qu’au minimum je pouvais me le permettre, au mieux que j’y crois. Dans tous les cas je vous assure que je m’amuse beaucoup et que je suis fière du résultat.

Je vais continuer à produire et diffuser gratuitement mon contenu parce que l’Erotica sur internet a besoin de toujours plus de passionnés qui veulent créer des contenus beaux, en accord avec leurs valeurs, et laisser le monde un peu plus joli qu’ils l’ont trouvé. Je fais ça, je ne compte pas arrêter de faire ça. C’est ma petite contribution à moi. Je ne veux pas que la chose sexuelle soit la branche pauvre et triste des arts numériques. Le fait que certains d’entre vous aient choisi de me montrer leur gratitude en m’aidant à porter le coût financier de cette création ou en rémunérant le temps que j’y passe me surprends toujours et me comble à la fois.

Pour soutenir cette série et la création de suivantes, vous pouvez passer rejoindre ma page Patreon ou Tipeee

Détails du projet

septembre 23rd, 2017
boudoir
216

Partage